douleur

Je me suis fait tatouer

Hier, je me suis fait tatouer. Ça faisait un moment que c’était en projet mais il fallait trouver le bon dessin, la bonne symbolique et un rendez-vous avec un bon tatoueur !

Je suis carrément ravie d’avoir sauté le pas à déjà 36 ans, ça m’a obligée à affronter une de mes peurs : la douleur ! (pour une fille qui passe son temps à avoir mal au ventre et qui se fait une injection tous les 15 jours, elle est bonne celle là).
Je crois que je ne l’avais pas fait de manière aussi frontale depuis que je suis montée sur un scooter en short à Bali. Oui, je suis aussi la fille qui veut pas monter sur les scooters parce que c’est un engin de mort.

Voilà, de temps en temps, je suis confrontée à des peurs mais il faut passer outre, et après je me sens complètement libérée et prête à affronter un tas de nouvelles choses.

Je m’étais dit : faisons un tout petit tatouage (le projet s’y prêtait. Il est très fin et tient sur l’intérieur du poignet), comme ça je verrai si ça fait si mal et si je peut en tenter un plus gros après.
Eh oui, parce que même si je ne regrette pas de ne pas avoir sauté le pas plus tôt (pas seulement à cause de la peur mais aussi à cause de la question du motif), j’avoue que je trouve ça vraiment très beau, personnel, et pour moi c’est une forme d’art à part entière. En tant qu’illustratrice, j’y suis vraiment très sensible. Il existe des œuvres sublimes et spectaculaires à même la peau. Et donc je n’exclus pas de me faire tatouer quelque chose de plus gros et de plus artistique plus tard.

Bon, je suis tout de même là pour vous parler de la première expérience du tatouage, alors je ne vais pas vous mentir : ÇA FAIT MAL.

Je n’ai pas pleuré (et c’est un signe), mais j’ai eu l’impression qu’on m’enfonçais une pointe de cutter dans la peau et qu’on ouvrait ma chair. Voilà ce que j’avais dans la tête :

Ma tatoueuse, Alice Patulacci (à forciori, tatoueuse avant tout —sic), au delà d’avoir dessiné un cercle parfait sur mon poignet, a été super compréhensive, merci ! Elle ne m’a pas caché que ça ferait mal quoi qu’il en soit, et a été adorable lorsque je me suis transformée en moulin à parole pour oublier que j’allais me faire tatouer puis que j’étais en train de le faire. Elle a aussi proposé de me piquer à vide pour que je puisse aprehender la douleur, et ça c’était vraiment bien.

C’était un plaisir de te rencontrer, Alice !

 

Donc ma petite conclusion pour les novices comme moi : oui ça fait mal. Cherchez pas. Quand on vous dit “ça va piquer”, c’est pas vrai. Ça fait carrément mal. Soyez sûr de vous quant à votre résistance à la douleur et à l’envie que vous avez de faire ce tatouage pour être sûr de tenir jusqu’au bout.

Après, on est tous différents, et le résultat est tellement beau ! (sauf si vous tatouez la tête de Chuck Norris. Enfin, vous aimerez peut-être VOUS).

Et vous, déjà tatoué ? Un gros regret de jeunesse ? Un symbole planqué là où seul votre amant peut le voir ? Prêt à endurer la douleur ?

Je vous bise, et je vais remettre de la crème, j’ai mal.

%d blogueurs aiment cette page :