Un peu avant Noël, mon tendon d’Achille s’est rappelé à mon bon souvenir. Je me traine une tendinite depuis presque un an. À l’époque, j’avais fait une note sur ma remise au sport, qui s’était soldée par ce petit bobo que j’avais pensé oublié jusqu’à ce qu’il refasse surface à mon déménagement, puis lors d’un week end sympa en Creuse, et enfin à Noël. Alors que je venais de commencer mon travail dans une nouvelle boite, je me suis retrouvée dans l’incapacité de descendre mes escaliers, du haut de mon 4eme étage sans ascenceur.

Comme ma santé foireuse fait partie intégrante de ce qui fait que je suis moi, oui, je m’étale un peu sur mes déboires. D’ailleurs, j’ai une autre note sur le feu (âmes sensibles accrochez-vous).

58_PETITAPPART01 58_PETITAPPART02

Bref, autant vous dire que je me suis un peu sentie prisonnière de mon appartement. Je ne crois pas avoir trop caché qu’il était tout petit, mais je ne me suis pas non plus étalée dessus. Aujourd’hui c’est l’occasion de le dessiner en entier pour la première fois. Enfin, en entier… il manque tout de même la cuisine et la salle de bain, qui valent le coup d’œil. Peut-être une prochaine fois !

Pour tout dire, il manque aussi le bordel. Allez ranger la vie de deux personnes adultes dans 10m2, vous ! Ahah ! Je m’en suis donc débarrassée pour le dessin. Et le ouija est toujours sur le mur au dessus du lit. C’est le même meuble que le canapé que j’avais dessiné dans la note. C’est ce à quoi ça ressemble quand c’est replié. Sauf qu’avec une cheville en compote, pas moyen de replier le lit non plus. Ni d’aller faire ses courses, ni de descendre les poubelles que votre mari a oublié de sortir, ni juste d’aller faire un tour pour prendre l’air. Pendant une semaine.

PS : oui on est deux à vivre là dedans, non on ne fait pas ça par choix parce qu’on est des sales cons de parisiens, merci de vous abstenir de ce genre de remarques. En revanche si vous êtes intéressés par le sujet, comme d’hab, laissez un commentaire ! 😉

appel_com2