Depuis quelques temps, je lis de plus en plus d’articles sur les filles rondes qui s’assument enfin, sur le body positive, sur l’acceptation de soi malgré les kilos, sur les diktats de la maigreur, bref, les articles de plein de femmes, comme moi, qui sont grosses et se trouvent belles quand même.

Alors, je vous préviens direct : moi, je dis « grosse ». Pour toutes les filles qui vont du surpoids à beaucoup plus, parce que merde, je vais pas différencier tout le monde, ou faire comme si le mot « grosse » n’existait pas. Mon amoureux a horreur que j’emploie ce terme, il a peur que je me dévalorise. Mais en fait, pas du tout : au contraire, il m’aide à dire des choses du genre « je suis grosse, je m’aime et je t’emmerde » (pas à mon mari, qui m’aime à la folie comme je suis, plus mince et plus grosse aussi, mais à tous ceux qui me renvoient justement cette image dévalorisée de moi). Donc je pourrais employer les mots « rondes », « plus size », « curvy », qui sont très à la mode, mais si ce n’est pour éviter une répétition, je ne les emploierai pas ici (même si je trouve que « curvy » est un joli mot).

Je vois donc tous ces articles, et ça me renvoie forcément à des choses très personnelles. Je n’ai pas toujours été grosse. C’est même très récent. Je ne suis pas, comme le voudrait le cliché qu’on me renvoie régulièrement à la figure, une goinfre orgiaque sans aucune volonté, merci. Il y a un millier de raisons d’avoir du poids, toutes aussi éloignées les unes les autres de ce cliché encombrant et déplacé.
Pour ma part, j’ai pris du poids suite à un traitement médicamenteux, puis à un régime alimentaire lié à ma maladie (on parle de traitement lourd et de régime qui dure plusieurs mois ici, pas de la guérison d’une grippe), puis, sans doute à cause de ces changements dans ma vie et à mon traitement invasif, j’ai continué, un peu chaque mois, à prendre, régulièrement, sans que ça ne s’arrête plus jamais.

Et oui, je suis aussi gourmande. Je pourrais être devenue parano, m’être affamée quand j’ai commencé à me voir grossir (après les 15 premiers kilos, tout de même), avoir enchainé les régimes, pleuré, essayer de rentrer dans mes fringues trop petites. Mais non, j’aime manger, je suis gourmande (ce qui signifie que j’aime un tas de choses et pas que le gras, les petits amis, on va essayer d’abattre les préjugés), je n’ai aucune envie de me priver pour un peu plus ou un peu moins de hanches ou de seins.

49_grosse01

Mais cela m’a fait réfléchir, beaucoup. Car après une bonne vingtaine de kilos supplémentaires un peu partout sur mon corps, j’ai du refaire connaissance avec moi-même, apprendre à connaitre cette nouvelle silhouette, à ne pas la subir au quotidien, avec les vêtements trop petits, par exemple. Cela m’a aussi fait réfléchir à mon rapport à mon corps, tout au long de ma vie. A l’impact de la société et des diktats de la minceur ou de la maigreur sur moi. A l’impact de ma famille aussi.

Car pendant tout ce temps, alors que j’étais si mal de ne plus pouvoir m’habiller, de tourner entre 3 t-shirt et 1 jean (car pour faciliter les choses, ma prise de poids est arrivée en pleine période de vaches maigres), ma mère continuait à me dire lorsqu’elle me voyait, ou que j’ai commencé à acheter mes vêtements en 40, puis 42 (j’ai arrêté de lui en parler quand je suis allée au delà) :

49_grosse02

C’est ma mère qui m’a fait prendre conscience de tout ce baratin, de toute cette pourriture que j’ai pu avoir dans la tête.
Pourquoi est-ce qu’il fallait songer à perdre du poids ? Je rentrais dans du 40 la première fois qu’elle m’a fait la remarque, et n’étais absolument pas en surpoids. Ma tête s’est remplie d’un courant glacial, comme si elle m’avait jetée, comme si mes kilos faisaient de moi quelqu’un de pas assez bien pour elle.
Avoir du poids était comme devenir un gros mot ambulant, une insulte à la bonne santé, un panneau en 4 par 3 disant « je ne prends plus soin de moi, je ne m’aime plus, je suis une grosse vache ». Et ce, depuis une toute petite taille 40.

Lorsque j’ai enfin pu acheter de nouveaux vêtements à ma taille (j’avais alors atteint un bon 42 et gagnais joyeusement sans m’en rendre compte le 44), que j’ai commencé à réapprendre à me mettre en valeur, à m’habiller en me trouvant belle, et que je lui en ai fait part avec bonheur (« je ne suis enfin plus habillée comme un sac ! Youhouh !!!) J’ai de nouveau entendu « Il faudrait perdre un peu de poids, Bérengère ». Pas un commentaire sur la jolie jupe que je venais de m’acheter.

Depuis quand ça durait ? Et qu’est ce qu’elle savait de la perte de poids, elle, qui est grande et d’une nature maigre ?
J’ai alors repensé à un truc horrible. Quand j’avais 15 ans, 48kg pour 1m60 (je fais désormais 1m62), sportive mais avec un petit ventre qui m’est naturel et n’est jamais parti malgré des années de séances d’abdos, elle m’a dit :

49_grosse03

Si on t’a dit ça à toi aussi, le truc du « si tu fais 1m60 tu dois faire 50kg, si tu fais 1m73, tu dois faire 63 kg, laisse moi te confirmer : c’est du

49_grosse04

Le poids de forme ne se trouve pas comme ça et il est très dépendant de la morphologie de la personne. Il est d’ailleurs toujours plus élevé que PILE ta taille en centimètres moins 110.
J’avais 15 ans, putain. Je faisais un 85B et j’avais rien dans les hanches. Sérieusement, COMMENT j’aurais pu ne pas dépasser 50kg ? J’ai même continué à grandir (Bon, ok, j’ai pris 2 cm).

49_grosse05

Bien entendu, j’ai caché à ma mère ma prise de poids jusqu’à 50kg, puis 52 à mes 18 ans, puis 54 à mes 20 ans. Et je les vivais comme une honte de la fille qui ne savait pas gérer son poids.
Avec le recul, il est évident que tous ces kilos n’étaient que la nature qui s’était logée dans mon cul, dans mes seins, mes hanches, parce qu’il se trouve que je ne suis absolument pas foutue comme ma mère. Je suis PULPEUSE.

49_grosse06

Lorsque j’ai travaillé, je suis arrivée dans un bureau rempli de filles au régime. Elles étaient belles, intelligentes, compétentes, sympas, et au régime. Je me suis dit « avec mes 56kg, j’ai du poids à perdre. Je dois retrouver mes 52kg de mes 18 ans, j’étais bien ». J’avais 23 ans et j’avais les mêmes mensurations que Scarlett Johanson à la même époque (mais ça ne m’a pas arrêtée). Lorsque j’ai dit à mes parents que je suivais un régime (pas bien invasif, un weight watchers), ils ne m’ont pas dit « pourquoi ? » ou « ça sert à rien ». Ils m’ont dit « tu devrais faire attention, les régimes comme ça, ça a souvent un effet yoyo ». Je suis assez persuadée que j’ai du sortir ce genre de conneries à d’autres personnes aussi. Bien sûr, oui, il y a l’effet yoyo. Mais à quel moment tu envoies le message que NON, ta fille n’a pas besoin de régime ?

Le pire, c’est que pendant les années qui ont suivi, à chaque fois que je prenais un kilo, tout mon entourage me disait « Oh, tu es bien en ce moment, tu as perdu du poids, non ? » Eux aussi étaient persuadés qu’on valait plus avec moins de poids. J’avais bonne mine, j’avais les joues plus roses, il m’arrivait forcément un truc positif. J’avais l’air en BONNE SANTÉ, j’avais FORCÉMENT perdu du poids.
En fait, j’avais pris du poids. Oui j’étais en bonne santé de manger à ma faim et avec plaisir tout ce que je voulais, j’étais en fait plus ronde, plus appétissante, et OUI ça me donnait bonne mine et l’air joyeux et épanoui.
Et ils croyaient TOUS que j’avais perdu du poids parce que dans leur tête c’était ça, le truc positif.

Alors je ne blâme pas celles qui ont fait des régimes, qui en font encore. On a chacun notre propre vision de notre corps et de notre santé. Nous sommes inégaux face au poids, face à la prise et à la perte de poids, face à l’impact qu’il a sur notre santé. Sachez qu’une personne grosse n’est pas nécessairement en mauvaise santé. Donc arrêtez de vous cacher derrière cette excuse lorsque vous nous faites des remarques, merci. La prise de poids n’est pas non plus une preuve de laisser aller. Elle peut aussi être une preuve de bonheur (on connait tous ces couples qui prennent des kilos les premiers mois de leur relation).

J’ai donc pris ce recul sur mon passé, j’ai revu mon entourage m’envoyer continuellement des messages prônant la maigreur, je me revois me lamentant sur mon poids, espérant le perdre, encore et toujours, même quand je n’en avais pas besoin.

49_grosse07

Déjà, c’est pas vrai, j’étais pas grosse. Et puis ce qui était très vrai, c’est que je ne m’aimais pas. Maintenant, de ce point de vue là, ça va beaucoup mieux. Oui je m’aime avec mon gros cul rebondi, avec mes seins qui me gênent lorsque je dors sur le ventre, avec mon ventre gonflé à bloc.

49_grosse08

Même que je m’aime encore mieux. Je veux bien soutenir les copines qui cherchent à perdre du poids, mais elles ne m’entendront jamais dire que « c’est bien ». Je m’en fous de votre cul, de votre poids, de vos gros bras, je vous aime toutes entières comme ça. J’ai aimé mon mari avec ses 110kgs moelleux quand je l’ai rencontré et que j’étais un petit gabarit, je ne l’aime pas moins maintenant et il ne m’aime pas moins non plus. Mon poids ne m’empêche pas de continuer à marcher beaucoup, voyager, créer.

Je ne sais pas pourquoi ma mère continue constamment à me dire de perdre du poids. Pour moi il était évident ces derniers temps que ma maladie, mes problèmes de fatigue et le fait que j’aie été sans domicile fixe (mais pas à la rue, certes) pendant 1 an et demi étaient des soucis autrement plus importants pour moi à régler. Il faut croire que les kilos, c’est trop voyant. Et puis on a toujours été douées pour s’inquiéter de choses très différentes, dans la vie.
C’est vrai que j’en veux à ceux qui m’ont envoyé tous ces messages restrictifs (et j’ai pas parlé de ceux concernant mes poils, je vous ai épargné ça, mais c’était pas triste non plus), maintenant je dois me diriger sur le chemin de l’apaisement et du pardon.

Mais ce sont nos parents, notre famille, notre entourage proche. Ils ont une influence sur nous, qu’ils le veuillent ou non, et que nous le voulions ou non.

Ne laissez pas tous ces gens avoir ce pouvoir sur vous. Aime toi, aime toi et aime toi encore. Eux, ne sauront jamais ce que tu penses, ce que tu vis et ce que tu ressens. Ils n’ont aucun droit sur toi.

Aime toi.

appel_com2

 

PS : Bon, comme j’en ai un peu mis dans la tête de ma pauvre maman dans cette note alors qu’elle a rien demandé, la prochaine fois je parlerai de mon père. Et vous verrez, on va bien se marrer.

PPS : Pour ce billet et le précédent, j’ai fait beaucoup de colorisation à la main, pour changer ? Ça vous plait ou vous préférez quand je colorise à l’ordinateur ?

68 Comments on Je suis grosse et je m’aime

  1. Galadriel
    13 octobre 2016 at 15 h 19 min (7 mois ago)

    Je t’aime Bérengère ! Après les poils, les kilos en trop ! Comment ne pas approuver ce que tu écris ? J’ai aussi pris du poids à cause… de la pilule ! Soi-disant une pilule bio qui allait me baisser mon cholestérol, un tout petit peu trop élevé… Résultat, deux mois plus tard, cholestérol multiplié par deux voire trois, et plus de 10 kilos d’un coup. En deux mois, c’est pas mal… Et bien sûr ça se prend vite, mais pour les perdre c’est une autre paire de manches ! A côté de ça j’ai mon chéri qui fait des intolérances alimentaires et qui a aussi pris vachement de poids… Mais je m’en fous, je l’aime comme ça. Et même s’il prenait encore 20 kilos ! De mon côté, j’ai pas mal complexé, parfois ça me prend le chou… J’ai essayé de limite la bouffe, de manger que des carottes cuites à l’eau, mais non, j’aime manger, alors m***e ! On veut me faire culpabiliser, alors que je ne mange quasi que du fait maison, pas de malbouffe ou autre, juste je suis gourmande et j’ai du mal à réduire les quantités… Et alors ? Oui je fais du 44 (mais moi je n’ai pas des seins aussi généreux que toi ahaha), et je m’en tape !

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 10 min (7 mois ago)

      Je tiens à te dire que je te trouve sublime, hein. :p

      Répondre
  2. Joul
    13 octobre 2016 at 15 h 57 min (7 mois ago)

    C’est marrant j’ai un vécu complètement différent avec le poids. J’ai toujours été un peu trop maigrichonne jusqu’à l’âge de 15 ans, où j’ai dû être immobilisée après un accident de la route, et ai commencé à prendre du poids. Et ma mère, qui jusqu’ici me disait souvent que j’étais trop maigre, s’est mise à me dire de faire attention. Mais du coup je m’en fichais complètement. Justement, c’était cool, je n’étais plus maigre ! (et bien loin d’être grosse hein. Mon max a été 70kg pour 1m71).

    Et puis un jour je sais pas pourquoi, du jour au lendemain, et sans aucune pression extérieure, je ne me suis plus aimée comme ça. J’avais un peu trop de cuisses, de fesses et de ventre à mon goût. Alors que, bizarrement, j’ai toujours trouvé ça plus joli une fille avec des rondeurs. Mais du coup gros régime, j’ai perdu 10kg en 2 mois. (Avec toutes les félicitations de tout le monde, parce-qu’apparemment c’est bien… Moi avec le recul je trouve pas ça très sain mais bon).

    Depuis je me balade autour des 63kg et je me trouve très bien comme ça ! Je mange normalement (avec même plein d’excès parce-que je suis gourmande…) mais dès que je dépasse les 63, je fais un petit régime, qui me coûte peu puisque je n’ai presque rien à perdre. Mais ce qui m’énerve, c’est la réaction des gens : « Attends, mais t’en a pas besoin ! ». Le truc c’est que quoi qu’on fasse, quel que soit notre poids, les gens ont TOUJOURS un commentaire à faire. (Et surtout, des gens qu’on ne connaît que très peu se permettent des commentaires !) « Tu es trop maigre, tu devrais manger plus ! », « Tu as grossi, tu devrais faire attention ! », « ah, tu fais un régime c’est bien ! », « Quoi ? Tu fais un régime ? Tu veux perdre quoi, un bras ?? » au final j’ai eu droit à tous ces commentaires…

    Mais du coup, pour conclure ce pavé autobiographique : merci pour cet article, tu as entièrement raison : l’important c’est comment on se sent NOUS ! Laissons les filles au régime tranquilles, mais surtout arrêtons de bodyshamer les filles qui s’aiment avec leurs kilos bordel !!

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 12 min (7 mois ago)

      Merci de rappeler que les filles minces s’en prennent aussi dans la tronche. Finalement, à part en ressemblant à un mannequin de magazine, on n’a aucune chance ^^ et comme c’est PAS POSSIBLE vue que même les plus canon sont photoshopées, pourquoi donc s’en faire ??? :p

      Répondre
  3. Gally
    13 octobre 2016 at 21 h 44 min (7 mois ago)

    J’aime cet article ! 🙂 Bravo et bonne continuation !

    Répondre
    • Béren
      14 octobre 2016 at 7 h 58 min (7 mois ago)

      Merci Gally !!

      Répondre
  4. Suuupergrooosse
    13 octobre 2016 at 22 h 22 min (7 mois ago)

    Moi je suis très grosse, et même énorme et je déteste cette image que je renvoie et que je re-découvre à chaque nouvelle photo. Je préfère les femmes qui ont des rondeurs mais avoir trop de poids est une torture au quotidien en particulier au travail et dans les transports; je pense qu’un jour j’en mourrai. En attendant je meure de honte à petit feu chaque jour qui passe. Je me demande quand tout ça va enfin s’arrêter carje ne pourrai jamais aimer tous ces affreux kilos et ce que je suis.

    Répondre
    • Béren
      14 octobre 2016 at 7 h 56 min (7 mois ago)

      Ma chérie, tu sais que je t’adore. Moi ce que je sais, c’est que quand tu faisais mon poids actuel, tu détestais déjà ça et mourrais déjà de honte, au point de ne découvrir ni tes jambes ni tes bras en été. Je ne désespère pas que tu t’aimes un jour comme tous autour de toi, on t’aime.

      Répondre
  5. Fédoua
    14 octobre 2016 at 8 h 42 min (7 mois ago)

    Pour la question subsidiaire : j’aime beaucoup tes colorisations tradi ! Quels feutres tu utilises ? 🙂

    Répondre
  6. Distrayante
    14 octobre 2016 at 11 h 07 min (7 mois ago)

    Je n’ai pas le courage de raconter mon histoire ici, mais j’ai vécu quelque chose de similaire, et ton article me fait vraiment du bien:)))

    Répondre
  7. Lauli
    14 octobre 2016 at 11 h 27 min (7 mois ago)

    Merci pour cet article qui fait du bien ! Depuis un an je grossis un peu, stress, hormones, je bouge moins. Et j’ai l’impression que c’est la fin du monde (4kg seulement hein) et pourquoi ? A cause de ma mère, ma sœur et même ma grand mère ! « Ah oui ça se voit tu as pris des cuisses », « T’as pas pris des fesses toi ? » (oui je grossis que du bas) alors que même mon chéri me répète que ça ne se voit pas. Je suis comme toi, de nature plus pulpeuse que ma soeur et ma mère et j’en ai toujours été fière je ne vais pas m’arrêter maintenant. Pour moi le plus important c’est d’avoir une alimentation saine, de continuer à faire du sport (parceque ça me fait du bien) et de réussir à penser un peu moins aux commentaires des autres peu importe le chiffre sur la balance.

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 14 min (7 mois ago)

      Oui, l’important c’est d’être bien avec soi. Les autres devraient s’occuper de leurs propres fesses.

      Répondre
  8. Pauline
    14 octobre 2016 at 11 h 52 min (7 mois ago)

    Bonjour !
    C’est la Une Hellocoton qui m’a amenée par ici, et ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un article aussi touchant et profond. Je ressens sûrement ça parce que c’est un thème qui me touche. Ancienne boulimique, ancienne anorexique, puis à nouveau ancienne boulimique, j’ai très longtemps eu un rapport très, très conflictuel à mon corps. Je l’explique aujourd’hui par les traumatismes que j’ai vécu plus jeune, mais aussi par les modèles que j’ai à domicile : une maman et une soeur grandes et minces.
    Enfin, moi aussi j’étais grande et mince en fait à l’origine. Et j’ai très longtemps cru qu’il fallait que je maigrisse, encore et encore, alors que j’étais normale. Aujourd’hui, après un très long travail sur moi, je me trouve belle. A un poids qui me faisait vomir il y a quelques années. Un poids qui me place pourtant parmi les minces (on me dit même parfois aujourd’hui que je ferais bien de me remplumer, alors que je suis ENFIN en paix, apaisée, gourmande, vivante).
    Alors je ne sais pas à quel moment les autres ont considéré que notre volume corporel était soumis à leur approbation, mais c’est usant. J’espère moi aussi rencontrer un homme qui m’aimera telle que je suis et m’aidera à accepter les éventuels changements qui pourraient se produire.
    Ah, et je voulais dire aussi, que malgré tout, même quand les parents font de leur mieux pour aider leurs enfants à s’aimer comme ils sont, le rapport à leur propre corps ne peut que finir par nous atteindre…

    Bref, bravo pour tout le chemin parcouru, j’espère que plein de filles en souffrance te liront !

    Pauline

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 19 min (7 mois ago)

      Je crois que tu as completé ce que j’essayais de dire, Pauline, les parents font au mieux qu’ils peuvent, mais ils ont aussi leurs propres peurs…
      Merci d’avoir partagé ton expérience ici pour apporter à tout ça 🙂

      Répondre
  9. Jeanne
    14 octobre 2016 at 12 h 46 min (7 mois ago)

    Très sympa cet article ! Je boycotte depuis des années la valorisation des régimes. Par contre grossir ou maigrir les gens ont toujours un avis que ça soit intentionnel ou non. Moi je perds pas mal de poids en ce moment genre mes joues se creusent et mes pantalons tombent mis c’est parce que je suis enceinte et que la grossesse à cet effet sur moi. Pourtant, je dois affronter les remarques de plein de gens « biens intentionnés » et des fois c’est relou. Heureusement je suis bien entourée et je peux serrer les dents en public pour debriefer en privé. Malheureusement, difficile de se plaindre sinon maigri dans notre monde alors je reste seule avec mes questions… merci pour cet article !

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 21 min (7 mois ago)

      Merci à toi pour ton commentaire, Jeanne 🙂
      J’espère que ta grossesse va bien se passer, c’st aussi une période où chacun va de son avis et de son commentaire… Félicitations, en tout cas 😉

      Répondre
  10. Anaïck Bidea
    14 octobre 2016 at 13 h 07 min (7 mois ago)

    S’accepter ou pas tel est la question ! C’est très difficile de se trouver belle, on cherche toujours à ce comparer aux autres.
    Je suis ronde, grosse, curvy depuis l’âge de 7 ans mais il m’a fallu 20 ans pour l’accepter (être grosse au collège ou au lycée c’est la super angoisse) et bien sûr la famille n’aide pas forcément. Ma mère ne me fais pas trop de réflexion mais tu peux être sûr qu’à chaque fois que je vois ma grand-mère j’ai droit à une bonne réflexion bien blessante.
    Merci pour ton article plein de peps !

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 24 min (7 mois ago)

      Merci Anaïck, courage, et aime toi malgré ta famille, c’est l’amour (même le notre) qui nous rends radieuse et donc belle aux yeux de tous.

      Répondre
  11. lemondedejustine
    14 octobre 2016 at 13 h 14 min (7 mois ago)

    J’aurai pu écrire cet article pas aussi bien mais tu as dit tout ce que je ressens, je commence à m’aimer même si je suis plus grosse qu’avant, c’est pas encore le grand amour, ma taille 44 me met mal à l’aise en pensant à l’époque où je mettais du 36 mais où je ne m’aimais pas non plus. J’essaye de manger correctement pour ma santé mais je ne me met plus de pression pour perdre mes kilos en trop. Merci pour cet article si réconfortant ça fait du bien !! <3 Bisouss

    Répondre
  12. Elise Morel
    14 octobre 2016 at 13 h 16 min (7 mois ago)

    je suis heureuse de lire un post plus perso de votre part, moi qui vous suit pour vos dessins. Je me retrouve enormement dans ce que vous dites, en particulier comment les commentaires des autres nous touchent même si on arrive, soi, à s’accepter comme on est (et on est grave belle quand même !). Moi j’ai fait yoyo toute ma vie, en grande partie en raison de forts traitements médicaux (mais forcement, pour tout le monde y compris le monde médical : je mangeais comme une grosse vache). J’ai connu la vraie maigreur après une grave maladie, et l’un des plus beaux jours de ma vie est quand, en recevant un cours de maquillage, j’ai retrouvé mes bonnes joues, mon visage d’avant. J’en aurais chialé. Alors la remarque de la médecine du travail qui connait pourtant mon passé chirurgical, ma maladie chronique et les traitements, et me sort « vous avez grossi : salade sans sauce tout l’été », ca m’a bouffé, mis en colère, fais grincer de tout le corps. Parce que ces kilos, c’était la vie qui reprenait, mais aussi c’était un lourd traitement qui me permettait d’être un peu en meilleur santé. Je fais à présent un 42, je ne suis pas mannequin mais plus coquette que jamais et si je ne plais pas à Paul, peut être que Pierre me trouvera à son gout. Je mange très peu (toujours suite à mon opération), je sais donc parfaitement que ma ligne n’est pas conséquence de mal-bouffe. Mais si j’ai réussi mon travail sur moi, le travail sur les autres … c’est une autre histoire. C’est bien triste, j’essaie parfois de me dire qu’eux doivent être bien malheureux dans leur vie et leur corps. Bon c’est pas tout ça mais ce week-end : vide-grenier pour trouver des nouvelles jolies choses !!!! Je vous embrasse de tout coeur, merci pour vos dessins qui me mettent en joie !

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 29 min (7 mois ago)

      Merci Elise pour ton témoignage !! (oui, je tutoie tout le monde) Tu soulèves un point qui me chargine, effectivement : tous ces jugements donnent surtout l’impression que ceux qui font des remarques exprimet leurs propres craintes et projètent leurs angoisses sur nous. Etant également atteinte d’une maladie chronique, j’espère pour toi que les choses iront de mieux en mieux. 🙂

      Répondre
  13. Laura HANTZ
    14 octobre 2016 at 14 h 46 min (7 mois ago)

    Bonjour Bérangère !

    J’aime beaucoup ton article !

    Bon, je suis grosse aussi, mais je ne m’aime pas ainsi ! Suite à ma grossesse j’ai pris 22kg, d’eau et surtout du à des oedèmes monstrueux qui m’ont gâché la vie ! Aujourd’hui, j’ai réussi à perdre quasiment 10kg, mais m’en reste encore pas mal à perdre !

    Je vais d’ailleurs certainement me faire opérer de la poitrine, car youpi j’ai de l’arthrose au dos tellement elle est lourde (un bon 115F).

    Avant, j’étais sportive, musclée et je me plaisais comme ça, alors j’essaye de retrouver ça !
    Je t’envie d’être heureuse ainsi, ça me changerai la vie !

    Bisous

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 31 min (7 mois ago)

      Bonjour Laura, tu poursuis ton chemin à ta façon, l’important c’est de se demander régulièrement si on emprnte celui qui nous rend heureux. Je ne me suis pas réveillée un matin en étant à l’aise avec mon poids. Bien entendu il y a eu un cheminement. Quand je repense à toutes ces années où je me trouvais grosse alors que je ne l’étais pas, j’ai surtout un sentiment de temps perdu. Je te souhaite bon courage pour retrouver ton esprit positif 🙂

      Répondre
  14. Anna Moog
    14 octobre 2016 at 15 h 02 min (7 mois ago)

    Je découvre ton blog avec cet article. Moi aussi, depuis ma prime enfance, mon poids et ses variations n’ont cessé d’être l’objet de commentaires. Avec le recul, c’est assez insupportable, d’autant que je crois qu’ils ont fini par me communiquer cette angoisse et donc une permanente recherche d’approbation à ce sujet…

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 33 min (7 mois ago)

      Il est connu qu’à force d’entendre quelque chose à son propre sujet, on finit par y croire. C’est un exercice difficile mais réalisable que de se reconditionner pour croire enfin à tout ce que nous avons de positif et comprendre que les jugements entendus n’ont pas de valeur.

      Répondre
  15. Ophélie G.
    14 octobre 2016 at 16 h 29 min (7 mois ago)

    C’est tellement bien dit !
    Par contre, j’avoue que j’ai du mal avec le terme « gros.se », mais c’est juste parce que je trouve ce mot vraiment moche. Après, qu’on utilise celui-ci ou un autre, ça n’a pas tellement d’importance. 😉 En tout cas, j’ai beaucoup aimé ton approche des choses et je trouve les commentaires de ta Maman assez difficiles à digérer. Plein de bisous xx

    Répondre
  16. Maya Joys
    14 octobre 2016 at 18 h 55 min (7 mois ago)

    Génial ton article !!! 😀
    Si jamais tu as Instagram, peut-être connais-tu déjà le compte de la mannequin Denise Bidot qui est considérée comme une « plus size » mais mon dieu qu’elle est sublime !! Elle me remonte le moral les jours de complexe.
    À bientôt !

    Répondre
    • Béren
      14 octobre 2016 at 19 h 43 min (7 mois ago)

      Salut Maya, comme tu peux le voir dans la colonne de droite, oui j’ai un Instagram 🙂 je passe effectivement de temps en temps sur son compte et je suis aussi d’autre « plus size » que j’adore 🙂

      Répondre
  17. mimi
    14 octobre 2016 at 19 h 02 min (7 mois ago)

    Je pensais être la seule a avoir une mère ravagée, mais non. Ma mère passe son temps à critiquer mon poids mais est incapable de gérer le sien. c’est usant !

    Répondre
    • Béren
      14 octobre 2016 at 19 h 37 min (7 mois ago)

      Ohla la chacun sa croix. J’avoue avoir plus de chance. Je pense que ma maman projète juste beaucoup et est maladroite dans ses propos. Mais ça peut tout de même faire très mal…

      Répondre
  18. Rose Citron
    14 octobre 2016 at 19 h 43 min (7 mois ago)

    Je découvre ton blog grâce à la une hello coton, et quelle découverte!!! Il est génial ton article, je suis admirative de ton parcours! Avec des réflexions comme tu as eu, ça aurait été vite-fait de basculer dans la détestation de soi!
    Etant moi même grosse, et m’aimant aussi, je ne peux qu’approuver ton article et ton message, j’espère que des ados qu’on fait chier sur leur surpoids qui n’existe pas tomberont dessus, et que ça leur donnera la force d’envoyer bouler les gens qui ne leur veulent pas du bien! bonne continuation!

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 49 min (7 mois ago)

      Merci Rose Citron !

      Répondre
  19. Coralie Authier
    14 octobre 2016 at 20 h 19 min (7 mois ago)

    Bonjour,
    Ayant eu mes premières règles a 9 ans et demi, j’ai arrêté ma croissance a 14 ans et je fais 1M57 pour 68kg. J’ai un copain et je suis en plein stresse de l’emploi. Je voudrais perdre du poid mais je ne peux pas et j’ai l’impression que jamais je ne serais assez bien pour que je m’aime. Toute ma famille est mince, et moi je suis enrobé, je fais du 38-40 en pantalon et j’ai le sentiment d’être grosse ce qui me pourri la vie. On m’a toujours traitée de grosse durant mes années lycées et colleges… Cela me hante.

    Répondre
    • Béren
      15 octobre 2016 at 18 h 53 min (7 mois ago)

      Coralie, j’ai souvent entendu ce genre de choses autour de moi : « quand j’aurai perdu du poids, ça ira mieux », « quand j’aurai trouvé un travail, ça ira mieux », « quand j’aurai un ec, ça ira mieux », etc. S’il y a bien une chose que la vie m’a apprise (alors, je suis pas une grand mère non plus, et ça fait très docte, mais c’est juste que c’est important ^^ ) c’est que rien de ce que la vie apporte ne nous fera nous sentir mieux si on ne cherche pas d’abord à s’aimer soi. Ce n’est pas de l’extérieur que ça doit venir.
      Et, oui, j’en parle dans l’article, la parole de l’entourage est terrible et a une influence qu’on a du mal à contrôler, mais ce n’est qu’une opinion. Il n’y a que toi qui sait à quel point tu es quelqu’un d’unique, donc exceptionnel, et formidable.

      Répondre
  20. Charlotte
    15 octobre 2016 at 8 h 55 min (7 mois ago)

    Nomdediouussss j’aurai pu écrire tous ces mots ! Ancienne maigrissime, vers 18 ans j’ai pris petit à petit du poids environ 10 kilos que j’ai stabilisé pendant 5 ans et encore 10 kilos pendant mes études d’infirmière, que j’ai stabilisé depuis 5 ans encore avec deux grossesses entre temps. Donc aujourd’hui j’ai 20 kilos en trop :(; ma mère me harcèle sur le poids, que je fasse régime ou pas, ça change pas grand chose je suis grosse et gourmande voilà tout.

    Répondre
  21. Charlotte à lunettes
    15 octobre 2016 at 13 h 58 min (7 mois ago)

    Je découvre ton blog et ça fait plaisir de voir quelqu’un employer le mot grosse comme n’étant pas un vilain mot !
    Je continuerai certainement à te lire 🙂
    Et j’adore les dessins !!

    Répondre
    • Béren
      17 octobre 2016 at 9 h 39 min (7 mois ago)

      Merci beaucoup Charlotte 🙂

      Répondre
  22. Marie Merry in Brittany
    15 octobre 2016 at 16 h 07 min (7 mois ago)

    Je suis sans voix tellement ce texte me parle. Bravo. Je serais curieuse de savoir comment sont tes relations avec ta maman sur des sujets autre que le poids. Car j’ai aussi beaucoup insidieusement souffert des remarques de la mienne, alors que je considère sans penser me tromper que c’est une très bonne personne. Qu’est-ce que c’est douloureux de se rendre compte que quelqu’un dont on pensait l’amour inconditionnel a tout de même des choses à redire sur notre apparence. J’ai toujours eu « 2-3 kg en trop » pour elle, jusqu’à ce qu’en fait j’en prenne 30 de plus ;-)))) là elle n’avait plus de voix !!!
    Je pense que les autres commentaires ont déjà dit tout le bien qu’il est possible de dire de cet article, je t’adresse donc toutes mes félicitations : s’aimer n’est jamais facile, que l’on soit grosse/maigre, ronde/mince, ou autre qualificatif que l’on se donne pour se définir (dingue quand même !). Et même si le sujet a été blessant pour toi, quel bonheur d’être en paix là dessus. Pas besoin de gamberger, pas besoin de se justifier : tu es ce que tu es.

    Répondre
    • Béren
      17 octobre 2016 at 9 h 43 min (7 mois ago)

      Pour moi, Marie, pareil avec ma mère : je pense que c’est vraiment quelqu’un de bien et de gentil. En revanche le poids n’est pas notre seul terrain de mésentente. Mais rien de très grave, au final, puisque je m’occupe de régler mes problèmes de mon côté, et la laisse croire (je n’ai pas trop le choix, elle ne voit pas le changement, je crois) qu’ils ne sont pas réglés. ^^

      Répondre
  23. ChezSelonCharlotte
    15 octobre 2016 at 17 h 10 min (7 mois ago)

    Super sympas cet article, j’adore tes illustrations.
    Tu as raison de t’accepter comme tu es, être mince n’est pas une fin en soi. Et puis une femme pulpeuse c’est tellement plus joli!

    Bises,
    Charlotte, Chez selon Charlotte

    Répondre
    • Béren
      17 octobre 2016 at 9 h 53 min (7 mois ago)

      Merci Charlotte 🙂

      Répondre
  24. Clotilde
    15 octobre 2016 at 18 h 51 min (7 mois ago)

    Super article Beren, j’ai aimé te lire ! 🙂 ( D’ailleurs j’aime TOUS tes articles ) Moi je suis très mince et j’ai mis du temps à m’aimer comme ça, juste parce que j’avais une pression des gens autour de moi ( du genre « dis donc faut faire attention de pas devenir anorexique » alors que je suis super méga gourmande ! ). C’est important ce que tu dis à la fin de ton article : aime toi. Ca peut prendre du temps de s’aimer soi, mais quand on y est… pfiouuu la vie devient un peu plus chouette hein ! 😀

    Répondre
    • Béren
      17 octobre 2016 at 9 h 55 min (7 mois ago)

      Ça me fait juste halluciner que vous soyez si nombreuses à avoir la pression de votre entourage parce que vous êtes minces. Les gens ont que ça à faire de commenter le poids de leurs proches ? Peuvent pas nous laisser tranquilles ?

      Répondre
  25. Marjorie
    16 octobre 2016 at 4 h 54 min (7 mois ago)

    Bonjour Bérengère,
    Je voulais te remercier pour cet article qui parle de toi, de ton poids (et de tes poils…presque XD).

    Je suis grosse moi aussi (un bon 46^^), et jusqu’à très récemment, je pensais que c’était le mot qui me définissais aux yeux des autres. Le fait est que j’ai été le souffre-douleur, si l’on peut dire, de ma grand-mère, elle même grosse, qui n’a jamais pu s’accepter, et qui du coup, faisait ressurgir ses angoisses sur moi. Dès 13 ans, ça a été pesée hebdomadaire, rendez-vous chez diététiciennes et nutritionnistes, etc…Et même, séance de larmes dans les cabines d’essayage car rien de ce qu’elle ne me choisissait ne m’allait…Pile pendant la puberté -> effets psychologiques désastreux.

    Tout ça pour dire que maintenant que je suis hors de portée de cette influence néfaste, je suis contente de trouver des articles comme le tien qui pousse dans le sens inverse de l’auto-dépréciation et vers l’amour de soi.

    Alors voilà, merci beaucoup, et passe une bonne journée!

    Répondre
    • Béren
      17 octobre 2016 at 9 h 58 min (7 mois ago)

      Merci pour ton commentaire et j’espère que de ton côté tu arrives aussi à t’apprécier. Les gens pensent qu’ils ne peuvent pas s’aimer car ils ont du poids, mais on est là pour prouver que ça n’a aucun rapport 😉 Nous-même sommes les seuls à pouvoir connaitre notre véritable valeur 🙂

      Répondre
  26. Camellia
    16 octobre 2016 at 9 h 11 min (7 mois ago)

    Salut à toi , ton article est super 🙂
    Lire ce genre d’article me remonte le moral.. J’essaie souvent d’en lire pour enfin accepter mon corps mais j’y arrive jamais(Je sais que lire des article ne suffit pas c’est aussi un travail à faire haha).
    Aussi loin dont je m’en souvient j’ai toujours était ronde depuis petite et je suis complexé par ça depuis la primaire je dirais ( j’ai actuellement 20 ans ).
    Je fait 1m65 pour 83 ou 85 kg a peu près. J’ai tendance à porter que des t-shirt taille masculine ( des T-shirt imprimé geek haha ). Je trouve que j’ai pas un corps pour m’habillé féminin. Bon je sais que je peux faire des effort , je le fait bien pour le nouvel an ( robe et talon ) mais en dehors de ça on me verra jamais en robe ou jupe et encore moins en talon ! Bref le but n’était pas de parler de moi xD

    Je viens de découvrir ton blog , les dessins sont jolie j’aime beaucoup 😀
    Bonne continuation

    Répondre
    • Béren
      17 octobre 2016 at 10 h 03 min (7 mois ago)

      Merci pour ton compliment, Camellia 🙂
      Effectivement arriver à accepter est le fruit d’un long travail, mais il suffit de le commencer pour en voir les effets au fur et à mesure du temps. Rien ne sert de le repousser. 🙂
      Côté fringues, je suppose que tu connais déjà, mais voici les adresses de mes blogs mode préférés pour avoir de super idées de looks en plus size. Ces filles sont géniales, je t’invite à y trouver l’inspiration (et il y en a beaucoup d’autres) :
      http://www.leblogdebigbeauty.com/
      http://www.big-or-not-to-big.com/
      http://www.anaispenelope.fr/

      Répondre
  27. Catawoman
    16 octobre 2016 at 9 h 52 min (7 mois ago)

    Cet article m’a beaucoup touché, j’ai vecu la même chose sauf qu’il m’arrive encore souvent de ne pas m’aimer. Je pense que c’est difficile pour nos famille de comprendre qu’on est pas forcement mal ou en mauvaise santé lorsqu’on est grosse. Je vois ma mère a eu des problèmes jeune, puis apres ses grossesses a toujours eu du surpoids et s’est battu contre ça. Même maintenant je la vois encore avoir des periodes de troubles. Quoi qu’on fasse, qui qu’on dise la generation precédente avait ce soucis avec le poids et nous l’avons aussi et je crois que ça sera toujours le cas. Brigitte Bardot était maigre comme un clou, Scarlet Johanson a étrangement perdu tous ses kilos et sa belle poitrine. Je finis par me demander si on peut echaper à ces images de  » femmes parfaites »

    Répondre
    • mya
      17 octobre 2016 at 5 h 55 min (7 mois ago)

      mille merci pour ce billet ultra positif et si bon à lire de bon matin, tu m’as remonté le moral pour la journée!!!
      pour des raisons tout a fait differentes des tiennes (deux grossesses rapprochées, plein de bonheur, et bim +50kg :x)j’ai pris enormément de poids en quelques années et je partais déjà d’un physique ultra pulpeux diront nous ^^ pour ma santé (articulations, coeur) je dois perdre tous ces kilos, mais tu le sais, c’est dur…néanmoins, comme ca ne se fera pas d’un coup de baguette magique (ni de bistouri, non merci)il me faut m’aimer comme je suis, et te lire m’a vraiment boosté pour la journée, oui je vais m’aimer aujourd’hui, et oui je m’aimerai demain! merci encore! <3

      Répondre
      • Béren
        17 octobre 2016 at 10 h 06 min (7 mois ago)

        Mya, tu n’imagines pas à quel point ton commentaire me touche !!! Je suis super heureuse que tout ça te donne de la bonne énergie !

        Répondre
        • mya
          17 octobre 2016 at 11 h 45 min (7 mois ago)

          <3 les jours où ca n'ira pas, je relirais ton billet 😉

          Répondre
  28. MamzelDree
    16 octobre 2016 at 22 h 30 min (7 mois ago)

    Hello, alors primo je découvre ton blog via cet article, et tes dessins aussi, j’adore ! 🙂
    Concernant la team « big party » je te rejoins. J’utilise + le terme curvy que grosse en fait. J’aime bien ce mot, je le trouve mignon, et doux en fait.
    Je comprends vraiment ton parcours, la prise de poids tout ça. Je n’ai jamais été mince mais j’avais un poids « normal » (enfin je faisais du 40/42n sportive et tout) jusqu’à 21 ans, puis j’ai du changer des pilule (7 fois en 7 mois) et BIM 35 kilos. Je me suis vue gonfler d’une semaine à l’autre sans pouvoir rien faire. J’ai également dû réapprendre à accepter mon corps et c’est marrant, mais depuis 3 ans je me suis complêtement libérée de ecla. Je ne me vois plus seulement en fonction de ce qui est écrit sur la balance. Même si je n’aime pas ce chiffre, je suis bien + que cela. En plus je travaille dans le webmarketing et je prône vraiment ce côté « différente », je ne corresponds pas DU TOUT aux stéréotypes de ce milieu (alors oui j’exagère un peu, mais il y a 3 ou 4 ans c’était très vrai).
    JE trouve ça bien que tu t’acceptes, c’est très important. Grosse ou pas, rousse, blonde, brune, cheveux courts pas courts, on a toutes notre propre charme, nos « trucs » qui nous rendent jolie. Et puis il y a assi d’autres choses, l’intellogence, l’humour, le charme… Tant de choses !
    La vie ne s’arrête pas à la taille 42 !
    Belle vie à toi ! 🙂
    De mon côté je continue de fouiner sur ton blog 🙂

    Répondre
    • Béren
      17 octobre 2016 at 10 h 08 min (7 mois ago)

      Voilà qui est bien dit ! 🙂

      Répondre
  29. EnjoyLace
    16 octobre 2016 at 22 h 36 min (7 mois ago)

    Ce n’est pas quelque chose de facile à faire et tu nous prouves que c’est possible. Merci pour cet article très intéressant 🙂

    Répondre
  30. Tellou
    17 octobre 2016 at 8 h 03 min (7 mois ago)

    Merci pour ce post Juste merci quoi.

    Répondre
    • Béren
      17 octobre 2016 at 10 h 11 min (7 mois ago)

      😉

      Répondre
  31. Anne
    17 octobre 2016 at 10 h 12 min (7 mois ago)

    Juste waouh ! Merci beaucoup pour cet article. Comme toi ma mère a toujours été celle qui m’ a fait sentir, disons le honnêtement, comme une merde. Ça a commencé lorsque j’étais au collège par des « tu n’as pas honte à côté de tes copines qui son minces  » et des « tu ne trouveras pas de petit ami, les garçons aiment les filles minces ». Aujourd’hui je m’assumes un peu mieux mais j’ai toujours cet appréhension de la voir et de ne jamais paraître « belle » à ses yeux. Cela ne devrait se passer comme cela pour personne. je trouves presque honteux que notre propre famille nous dévalue ainsi. Tu as raison d’utiliser tout ces termes même si ça n’est jamais facile (en tout cas pour moi). Bref merci encore pour ton article !!

    Répondre
  32. Vanille
    17 octobre 2016 at 10 h 18 min (7 mois ago)

    Je découvre ton blog pour la première fois, et tout d’abord je veux te dire qu’il est très chouette 😉

    Cet article résonne vraiment en moi, et pourtant, je suis « mince » selon les critères de beauté actuels. Mais ma mère, elle, est encore plus mince que moi. Et ma soeur aussi. Du coup, à la puberté, quand j’ai commencé à prendre des seins, des hanches, à être plus pulpeuse que les autres femmes de la famille, ma mère m’a aussi asséné cette « barre » des 50 kilos (je fais 1m70, par contre^^). Bien sûr, je l’ai allègrement dépassée, sans jamais le lui « avouer ». A chaque fois qu’on se voit, j’ai droit à une réflexion sur mon poids. Impossible de lui faire comprendre à quel point c’est énervant et hors de propos! La dernière en date, qui m’a fait bondir: « tu as minci, ça te va bien », alors que je rentrais d’un voyage d’affaires de 2 semaines où j’avais presque rien bouffé et que j’avais dépéri!!!

    Bref, désolée pour ce pavé, tout ça pour dire que l’entourage proche ne devrait jamais faire ce genre de réflexion, JAMAIS: la pression sociale est déjà suffisamment forte, un peu de bienveillance pour nos corps et nos morphologies, ça serait tellement agréable.

    Répondre
  33. Laurette
    17 octobre 2016 at 11 h 21 min (7 mois ago)

    Un grand bravo pour l’article qui donne envie de s’aimer telle que l’on est!

    Répondre
  34. sabine
    17 octobre 2016 at 11 h 45 min (7 mois ago)

    J’ai l’impression que cet article tombe pile quand j’en ai besoin. Je suis ronde, et en fait faudrait que j’applique tout ce que tu dis dans ton article!!!
    Niveau vêtement je me cache pas, je prends pas des tailles trop grande ou trop petite. Je me mets même en avant en ne cachant pas trop mes rondeurs mais après c’est marrant parce que j’ai quand même une mauvaise image de moi. Et c’est encore plus pire quand je pense aux mecs …qu’est ce qui pourrait leur plaire chez moi, avec mon bide, mes kilos en trop .. haha.
    En tout cas de lire ton article m’a fait beaucoup de bien =) je te remercie pour ça =)

    Répondre
  35. Liselle
    17 octobre 2016 at 12 h 32 min (7 mois ago)

    Chère Beren,

    Merci pour cet article,
    C’est grace à vous, les bloggueuses courageuses qui osent s’exprimer sur ces sujets longtemps tabou que je commence à comprendre, enfin, qu’on à le droit de se trouver belle même en ayant des forme.
    Et cela est loin d’être évident quand on grandit dans un environnement familial qui pronne la minceur (j’ai intégré toute mon enfance et adolescence que je devais absolument faire une taille 38 pour être belle) et les exploits sportifs.
    Alors moi et mon 42/44/46 (en fonction de la réussite du dernier régime) je ne me suis jamais trouvée belle car toujours trop loin de ce fameux 38 !
    Le pire c’est que ma mère et ma grand-mère sont aussi toujours au régime et toujours avec l’espoir de pourvoir perdre quelques grammes de plus et jamais avares de remarques désagréable (sauf quand j’arrivai au prix d’efforts considérable à perdre 3 lamentables kilos)

    Aujourd’hui je vois les choses différemment. J’essaye de m’accepter avec MON corps. Ce n’est pas toujours facile, mais de petite victoire en petite victoire je pense que je suis sur le bon chemin. J’essaye d’acheter des habits plus féminins pour me sentir plus belle (et mon mari appréci d’ailleurs beaucoup !). Et puis je ne veux plus à ma mère, au contraire j’ai de la peine pour elle, toujours malheureuse à cause de sont poids et au régime depuis 35 ans.

    J’ai passé exactement 10 ans à me (re)mettre au régime tous les quatres matins et à me sentir mal et dévalorisée de ne jamais y arriver. Pour moi la solution est là : s’accepter telle que l’on est et je pas céder aux pressions extérieure. Alors merci de nous montrer que c’est possible !

    Répondre
  36. Julie
    17 octobre 2016 at 13 h 50 min (7 mois ago)

    Merci pour cette article.
    Ah le regard des mères sur le poids de leurs filles, j’en sais quelque chose. Ma mère est mince, je pèse 88 kilos pour 1m55 et même quand je pesais 58kilos, mon poids était déjà un sujet. Premier RDV chez une nutritionniste à 13 ans… Depuis quelques années, quand elle me voit elle se demande à voix haute comment elle a pu mettre au monde « un engin pareil »… Aujourd’hui, j’ai coupé les ponts avec elle (pour plein d’autres raisons) et j’ai décidé de me faire opérer pour ma santé physique et psychologique.

    Répondre
  37. Sophie
    17 octobre 2016 at 20 h 12 min (7 mois ago)

    Je découvre ton blog ce soir, mais alors la chapeau ! Enfin un article qui ne mâche pas ses mots et qui va plus loin que les codes imposés par cette foutue société conformiste ! Merci Bérengère pour ce texte qui prône l’acceptation de sois plutôt que la convoitise de l’autre ! Tous les corps sont beaux et seront aimés ! Soyons fiers de ce que nous sommes, et cultivons-nous à partir de ce que nous a donné la nature !
    Je reconnais là tant de discours dans ce que toi aussi tu as pus entendre ! Ton article est beau, ton âme est belle, MERCI !

    Répondre
  38. LE PAON
    18 octobre 2016 at 7 h 33 min (7 mois ago)

    Je t’invite a lire mon étude « HAUTEMENT » sociologique sur la grosse … moi aussi je m’aime et je maime encore plus depuis que mon opération pour mincir (ablation de l’estomac) à foirer ! Jai tout essaye pour faire plaisir aux autres en définitif mais moi JE MAIMEEEEEEEEEEEEEE 🙂

    Répondre
  39. Justine
    18 octobre 2016 at 14 h 40 min (7 mois ago)

    Merci ! <3

    Répondre
  40. Emma
    5 novembre 2016 at 19 h 45 min (7 mois ago)

    Cet article est tellement vrai ! J’aurais pu l’écrire. Enfin moi je peux pas vraiment dire que je sois super avec mes 25 kg en trop, mais bon….je suis heureuse (et oui, on prend plaisir à bien manger qd on est heureux !) en bonne santé et c’est ça le plus important.
    Quand j’étais ado, j’étais super bien gaulée, ventre plat, MAIS, j’avais de grosses cuisses et des fesses rebondies. Et ma gd mère me faisait sans arrêt la remarque ! alors que maintenant que je suis réellement grosse, elle ne dit plus rien ! Bon… peut être aussi parce qu’elle sait que je vais me fâcher très très fort si on me dit encore ce genre de choses !
    et que dire de la gynéco (c’était le 1er rv avec elle…Et le dernier !) qui a passé toute la consultation à me parler de mon poids, de régime et de « vous devriez…. » et m’a tâté les seins rapidos alors que j’ai un terrain à risque et que je sentais une boule. Ah ben non, mon poids était plus important ! C’est honteux !

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *