Avant de commencer cet article un peu long, comme à chaque fois que j’aborde un sujet grave, je fais ce petit rappel : excusez certains de mes raccourcis, je compte avant tout sur une connaissance minimum du sujet et de l’actualité. Je n’ai, par ailleurs, pas de vocation journalistique. Je donne ici mon opinion, car je suis concernée par le sujet, comme lorsque j’évoquais le harcèlement de rue relayé par les grands médias.

Avez-vous vu la campagne Médecins du Monde qui circule sur les réseaux sociaux qui a été interdite d’affichage ? Une pétition a été lancée à sa suite pour faire baisser le coût des médicaments.

33_medicaments23

J’ai vu plusieurs réactions sur la vénalité des médecins que je trouve tout à fait déplacées et preuve d’une grande ignorance : bien qu’ils soient démarchés par les laboratoires, ils ont la possibilité de faire leurs choix avec intelligence et n’ont aucun impact sur les prix des médicaments. Qu’ils fassent les mauvais choix a plus de rapport avec leur discernement qu’avec les laboratoires à proprement parler.
Les laboratoires, eux, profitent, dans tous les sens du terme, du marché de la santé. Ce sont eux qui fixent les coûts. Pas seulement en fonction du prix de recherche et de fabrication d’un médicament, mais aussi de la rareté des utilisateurs. Plus votre maladie sera rare, plus il sera difficile de la diagnostiquer, et plus il sera difficile de trouver un laboratoire qui travaille dessus. Vous n’êtes pas assez rentable. Vous méritez visiblement de mourir à leurs yeux. Et ça, ça me rend absolument folle.

Vous trouvez que pour les médicaments classiques, ce n’est pas si cher ? Avez-vous essayé d’aller dans une pharmacie sans carte vitale ? Avez-vous tout au long de l’année regardé le détail de vos décomptes de sécu et calculé l’argent que vous aviez économisé ? Parce si il y a bien un autre truc qui me rend folle, ce sont les gens qui critiquent la sécu. Savez-vous combien elle vous aidera lorsque vous déclarerez un cancer ? Ah, vous n’y avez pas réfléchi.

Je vais vous donner un exemple très concret. Il y a 3 ans, on m’a diagnostiqué une maladie chronique, une MICI. Ce n’est pas une maladie rare. C’est même une maladie de plus en plus courante (en constante augmentation d’après une étude Empimad), probablement à cause du stress grandissant de notre génération, des pesticides dans la bouffe et des OGM. Mais bon, je suis pas là pour cracher sur ces politiques même si je le pense très fort. J’ai une maladie qui se soigne depuis une dizaine d’années. On m’a d’abord bourrée de cortisone pendant plusieurs mois pour calmer ma crise. Puis, je suis passée a des petits pilules immunodépressives, qui n’ont pas vraiment eu d’effet. C’est alors qu’on m’a proposé un traitement plus invasif, un anti TNF utilisé depuis quelques années pour les maladies auto immunes qui s’avère très efficace. Ce traitement comporte des effets secondaires particulièrement désagréables, qui peuvent aller jusqu’au cancer et à la sclérose en plaque. On ne peut pas vraiment dire qu’il soit parfait. Mais il est largement répandu, au delà des MICI (polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn…). J’ai dit oui à ce traitement et j’ai appris à l’utiliser à l’hôpital (il s’agit d’une piqure, les petits loups). Puis, j’ai du l’acheter moi-même pour me faire ma première piqûre. Voici ce qui s’est passé :

33_medicaments01 33_medicaments02 33_medicaments03 33_medicaments04 33_medicaments05 33_medicaments06

33_medicaments07 33_medicaments08 33_medicaments09
33_medicaments11 33_medicaments12 33_medicaments24

33_medicaments14 33_medicaments15 33_medicaments16 33_medicaments17 33_medicaments18 33_medicaments19 33_medicaments20

Au passage, lorsque l’on décide d’interpeler SANOFI sur twitter, leur réaction est : « Nous ne parlons pas de nos produits publiquement ». Oui. Je comprends. Tout ce qui pourrait ressortir d’une conversation publique serait vraiment

33_medicaments21

(Vous connaissez twitter, j’ai renoncé à trouver le tweet exact dans ma timeline. J’ai donc uniquement retranscrit le sens de leur réponse. Mais si vraiment ça vous turlupine, je prendrai le temps de le faire).

Une dernière info qui ne me concerne pas et que je ne dessinerai pas mais qui, je l’espère, vous fera hurler :33_medicaments22
Avez-vous vu ce petit extrait du zapping dans un labo avec un chercheur qui nous explique que le remède au cancer du sein a été trouvé (extrait du documentaire « Le Prodit ou la vie » de Frédéric Castaignède). Et où il explique aussi… Que le labo l’a abandonné car pas assez rentables. On y revient : nous méritons de mourir lorsque nous ne sommes pas assez rentables. Et on passera sur Bayer qui poursuit la Commission Européenne pour avoir restreint l’usage de ses pesticides… qui tuaient les abeilles… indispensables pour l’écosystème. SANS BLAGUE ??? Mais je m’égare.

Voilà pourquoi ce sujet, trop méconnu, du profit des laboratoires, du coût des médicaments et de la mort, me touche à ce point. J’espère que ça vous aura touché aussi et que vous réagirez en conséquence. Moi en tout cas, ce n’est pas la société dans laquelle je veux vivre.

(n’oubliez pas de relayer la campagne et que vous pouvez utiliser le hashtag #Leprixdelavie )

appel_com2

7 Comments on #Leprixdelavie : quand les labos décident qui doit vivre ou mourir

  1. pitch
    17 juin 2016 at 12 h 15 min (11 mois ago)

    alors, ayant travaillé dans une grosse boite pharma j’aurais beaucoup de choses à dire. du bon et du moins bon. Deja, je confirme tout ce que tu racontes, c’est la réalité. Après, sans chercher à excuser ces labo, il faut aussi savoir que ces boites sont avant tout des entreprises, et que non, notre santé ne passe pas en premier, mais le bénéfice net oui. Et je confirme aussi que de nombreuses molécules sont trouvées chaque années par ces boites et sont mises de coté car pas assez rentable. Il faut savoir que les labo n’ont que 15 ans pour rentabiliser un médicament à cause des brevets, après 15 ans le brevet tombe dans le domaine public et les génériques peuvent se développer faisant donc baisser le prix du médicament d’origine. Bref le soucis c’est que c’est l’argent qui rentre qui permet de financer la recherche des potentiel fututs médicaments… donc sans bénéfices c’est moins de recherches, et comme c’est de plus en plus difficile de trouver de nouvelle molécules, et que ca requiert des technologies de pointe qui coutent très cher au final la recherche coûte bien plus cher maintenant quîl y a 20 ans … c’est le serpent qui se mord la queue. Tout ca pour dire que les entreprises ont leur part de responsabilité, oui, mais pas que. C’est tout le systeme de santé qui est à remettre en cause, en passant par les lobbys et les associations des patients. Paradoxalement, c’est dans les pays pauvres que les médicaments sont les moins chers … Et encore, en France on a la chance d’avoir la sécu !

    Répondre
    • Béren
      17 juin 2016 at 14 h 08 min (11 mois ago)

      Bonjour ! Merci d’étayer un peu le sujet, dans la mesure où j’ai pris pas mal de raccourcis dans cet article. Je suis consciente de tous les impératifs des labos, cependant il est légitime de se demander pourquoi certains médicaments frôlent les 1000€ (pour l’exemple précis dont je parle ici, il s’agit tout de même de 900€ par mois pour un médicament qui se prend à vie, pas 3 semaines le temps de guérir…)

      Répondre
  2. La Marguerite à Pois
    17 juin 2016 at 12 h 39 min (11 mois ago)

    Même si le sujet ne se prête pas à la joie, je suis heureuse de pouvoir tenir de nouveau (enfin un peu)devant un écran sans être malade (grossesse épique)et retrouver tes articles et tes dessins! Merci de nous parler de ce sujet important à travers ton expérience personnelle!

    Répondre
  3. Djahann
    17 juin 2016 at 14 h 37 min (11 mois ago)

    Ce sont des sujets qui me révoltent également. Tout est voulu. le grand patronnât rend les gens malades, l’industrie pharmaceutique peut te soigner à prix d’or, et te donne une autre maladie grâce à ses bons médicaments.

    Répondre
  4. Djahann
    17 juin 2016 at 14 h 39 min (11 mois ago)

    Et je veux bien entendre que ce sont les bénéfices qui financent la recherche mais je vois surtout des actionnaires qui s’en mettent toujours plus plein les poches, la recherche qui fou le camp malgré le crédit impot recherche et les salariés qui sont licenciés dans des labos qui font du profit. Donc je crois qu’on a tous bien compris pour qui est l’intérêt de tout ça, hein !

    Répondre
  5. Stern
    18 juin 2016 at 10 h 16 min (11 mois ago)

    Roh… J’ai tenté 5 phrases différentes mais au final j’ai envie de dire qu’une chose : Ca me donne la gerbe pessimiste et le coeur en colère.

    Répondre
  6. Alex
    20 juin 2016 at 12 h 35 min (11 mois ago)

    Bonjour. Je suis tombé un peu par hasard sur votre publication. Je suis désolé de le dire mais il semble que ce n’est pas un labo seul qui décide du prix d’un médicament. Il existe en France le Comité économique des produits de santé (CEPS), placé sous l’autorité conjointe des ministères de la santé, de la sécurité sociale et de l’économie. Ce comité FIXE par LA LOI les prix des médicaments et les tarifs des dispositifs médicaux à usage individuel pris en charge par l’assurance maladie obligatoire. http://social-sante.gouv.fr/ministere/acteurs/instances-rattachees/article/ceps-comite-economique-des-produits-de-sante
    D’autre part, il y a à l’heure actuelle de brillants chercheurs et médecins formés dans des hôpitaux et des universités français. Et contrairement à ce que l’on pense, l’état se désengage petit à petit de la recherche scientifique donc les (nos) chercheurs, s’ils veulent engager et/ou continuer leurs travaux, sont de plus en plus obligés d’aller chercher en partie les financements là où il y en a donc dans l’industrie pharmaceutique !!! Un comble non ? Donc qui est fautif ? Je pense qu’il ne faut pas jeter l’opprobre uniquement sur les industriels mais qu’il faut aussi se poser les bonnes questions au sujet de l’Etat !!

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *