Pour se plonger dans un récit ET être productif. Rien de pire que de s’octroyer une heure le dimanche pour avancer son récit (quel qu’il soit, roman, article de blog, fiche de personnage pour un GN), et d’aligner les mots cinq par cinq en étant distrait 20 minutes entre eux. Je ne vais pas vous faire une liste exhaustive de ce qu’il faut faire pour avoir de bonnes conditions d’ écriture, mais vous donner les miennes.

Nous sommes tous inégaux face à la concentration, certains peuvent s’isoler mentalement au milieu d’un Starbucks bondé, d’autres peuvent être seuls chez eux au calme et avoir la concentration d’un chaton de deux jours.

Ici je vous donne mes propres mises en place, peut-être vous aideront-t-elles à trouver les vôtres, du moins je l’espère !

Avoir un minimum de temps

Vous êtes peut-être de ceux qui peuvent écrire 5 minutes par ci par là sur leur téléphone et tout regrouper ensuite. Pas moi. Rien que pour allumer mon ordinateur, lancer word et ouvrir mon document, je dois disposer de ces 5 minutes. 10, si mon ordinateur vieillissant a décidé de m’embêter. Donc mon minimum pour m’installer pour écrire, c’est de me lancer dans 30 min d’écriture.

Ne consacrer ce temps qu’à ça, préparer sa session

Oui, ça peut être compliqué. Votre chat va miauler, votre mari va vous raconter sa journée, votre téléphone va sonner, vous allez avoir envie de vous préparer un thé, et tout cela va probablement prendre toute votre demi heure. Le temps passe assez vite lorsqu’on le rempli avec ce genre d’occupations, vous ne trouvez pas ?

Mon conseil n°1 : préparez tout avant. Le casque qui isole du son extérieur, votre mug avec votre thé ou café, la bouteille d’eau, l’assiette avec des choses à grignoter si vous êtes un gourmand ou un compulsif (le temps de la création n’est pas le temps pour soigner ses défauts !), enfermez le chat dans la pièce d’à côté (si vous n’avez pas la force d’ignorer ses miaulements et les appels au câlins), prévenez mari, épouse et enfants que pendant le temps que vous souhaitez consacrer à l’écriture, vous ne serez pas disponible DU TOUT. Évitez d’y consacrer plus de temps que vous ne consacrez à votre session d’écriture.

Mon conseil n°2 : Ne faites qu’écrire pendant votre session d’écriture. Pas de facebook, pas de téléphone, pas de travail, ne répondez pas aux personnes qui vous sollicitent. Apprenez à rester concentrés. Portez des écouteurs isolants ou des boules quies si c’est vraiment impossible pour vous de ne pas vous laisser distraire par le bruit ambiant. Si cela peut vous rassurer en terme de faisabilité : je vis dans des conditions assez spartiates et partage une pièce unique de 10m2 avec mon mari qui joue aux jeux vidéo pendant que j’écris. En appliquant ces quelques conseils (surtout l’isolation phonique et le fait de le prévenir), je ne rencontre aucun souci pour me concentrer.

Ne pas s’épuiser à l’écriture

Ça c’est un truc que j’ai appris lors des sessions de groupe du nanowrimo et que j’applique désormais chez moi : comment écrire sur une longue durée sans épuiser ma tête ? Les nuits de l’écriture s’organisent sur des sessions de 30 minutes d’écritures, dans les intervalles desquelles sont calées 30 minutes de pause, sans obligation de prendre une pause. Le système m’a assez bien convenu : j’ai découvert que de longues pauses étaient bien plus efficaces que de courtes pauses pour condenser les sessions d’écriture. Ainsi, je sais que je peux écrire entre 30 min et 1h30, et qu’entre chaque session je fais autre chose pendant 30 minutes. cela m’assure également de ne pas tout abandonner durant mes week ends. En général je met à profit ces pauses pour faire la vaisselle, étendre le linge ou profiter de mon amoureux qui a attendu patiemment que je sois disponible (cf paragraphe précédent). Cela me permet de ne pas saturer mon cerveau avec les éléments de mon récit ou l’enfer des répétitions (ma bête noire. Quand je me relis, on dirait que j’ai en tout et pour tout dix mots de vocabulaire), et de m’assurer qu’un minimum de choses seront faites chez moi pendant le week end ou la soirée. Comme j’ai horreur du ménage, ça me permet aussi de ne pas y consacrer trop de temps d’affilée et de m’occuper un peu de l’appartement en toute sérénité ! Bref, c’est une organisation qui me sert dans plusieurs aspects de ma vie.

Se mettre dans l’ambiance

Personnellement, j’écris en écoutant de la musique. Cela m’est quasiment indispensable, d’autant plus si j’écris un récit de fiction, ce que je fais BEAUCOUP. Je peux écrire mes articles de blog en silence (je le fais d’ailleurs la plupart du temps) car ils sont courts et guidés par mes propres émotions et non celles de personnages fictifs qui me sont, finalement, étrangers, puisqu’ils ne sont pas moi. J’écris aussi sans musique lors des ateliers d’écriture, mais c’est parce que je n’ai pas le choix ! Soit dit en passant, la mécanique d’un atelier d’écriture mériterait un article à part entière. ^^

Avez-vous une playlist ? Avec Deezer et Spotify, c’est très facile d’en créer une variée, voire plusieurs selon vos différents projets. Pour ma part, j’en ai une générique pour écrire de la fiction, et une plus spécifique pour un projet qui se déroule à la fin des années 60. Oui je m’enquille du Johnny et du Sheila pour l’amour de l’art. J’avais déjà donné quelques titres dans mon article sur le nanowrimo, et je ferai sans doute un autre article consacré à cette playlist, mais globalement, j’aime les musiques de films (je suis une inconditionnelle de Danny Elfman) et de jeux vidéo et j’ai très peu de chansons dedans, car les paroles ont une tendance à me déconcentrer.

 

Lorsque ces quatres points sont appliqués, il est plus aisé de se plonger dans son récit et d’être productif, car nous nous sommes mis en conditions. J’espère que ces quelques tips vus aideront vous-même à vous plonger dans votre récit.

Est-ce que cela vous a aidé un peu ? Vous avez un projet entamé, ou à mettre en marche ? Et vous, avez-vous une playlist ? Quels sont vos morceaux de choix ?

Mes pistes musicales du moment :

  • Promentory – Trevor Jones (Le Dernier des mohicans, une des plus belles bandes son du monde)
  • Discombobulate – Hans Zimmer (Sherlocke Holmes)
  • Light of the Seven – Ramin Djawadi (Game of Thrones saison 6)
  • Lonely Day – System of a Down

2 Comments on Écriture : de bonnes conditions pour se plonger dans un récit

  1. Klaramood
    13 février 2017 at 15 h 45 min (5 mois ago)

    Hello 🙂

    Merci pour ces précieux conseils. Difficile de trouver le moment et les conditions optimales lorsqu’on débute dans l’écriture !

    A bientôt !

    Klaramood

    Répondre
    • Béren
      14 février 2017 at 13 h 08 min (5 mois ago)

      De rien Klaramood ! J’espère que ça te servira bien 🙂

      Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *