Ces jours ci, nécessairement, je m’inquiète par rapport à ce qui se passe aux États-Unis. À peine investi, Donald Trump et son cabinet ont supprimé de la page web de la maison blanche les pages sur le réchauffement climatique et le mouvement LGBT.

Il est si facile d’oublier que ça existe quand ce n’est plus sous nos yeux.

On parle beaucoup ces temps ci de sa guerre contre les médias, mais Trump est en guerre contre de nombreuses autres choses. Ici, on note le combat pour l’écologie, l’assurance santé, les droits des femmes et des gays, lesbiens et transgenres. Une guerre qui moi me révolte, car quand un droit est acquis on ne devrait pas revenir dessus.

Ce week end la women march était impressionnante et on pourrait s’attendre à une considération de la part du gouvernement américain. Mais il est évident qu’il signifie surtout une chose : les droits des femmes sont loin d’êtres acquis. Il faut continuer à communiquer, s’informer, et se battre pour conserver ce que l’on a et gagner de nouveaux combats. Non les femmes ne sont toujours pas considérées comme les égales des hommes en occident.

Hier, comme pour tirer un trait significatif sur la woman march, Trump et son cabinet ont retiré le soutien du gouvernement pour toutes les ONG soutenant le droit à l’avortement. Là je crois qu’on touche le fond. Le fond de notre vagin. Il semble être soumis à l’évaluation, l’approbation et la décisions d’hommes (blancs) qui n’ont aucune idée, pas la moindre petite idée de ce qu’avoir un vagin implique dans la vie. Et ça, sérieux, je crois que ça a achevé de me mettre hors de moi.

Pourquoi est-ce que la situation des USA m’inquiète alors que ce n’est pas mon pays ?

Ma réponse est simple :
L’information circule, et ce qui se passe aux USA influence nécessairement le monde (un peu comme la petite délinquance qui regarde trop Les Experts et pense que mandat de perquisition et légitime défense existent en France). Le fait que certaines lois passent aux États Unis donne une impression de faisabilité en France. S’ils le font, pourquoi pas nous ? De la faisabilité, on passe vite à une impression PIRE : la normalité.

Si une situation finit par paraître normale, plus personne ne s’insurge. Il n’y a rien de pire que la normalité (déjà grand ami du sexisme latent de notre société).

Je ne peux que me réjouir de voir la lutte féministe grandir et revenir à travers le monde, et maintenant plus que jamais, il faut agir !

Women march :
https://www.womensmarch.com/

2 Comments on Droits des femmes : rien n’est acquis

  1. Elize
    25 janvier 2017 at 13 h 14 min (6 mois ago)

    Entièrement d’accord. Il faut en parler, rester vigilant et oeuvrer pour l’égalité de tous.

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *